Virtuel et volatil : Investir dans le bitcoin comporte de nombreux risques bien réels

Article de Robert Greil, Chief Strategist chez Merck Finck, appartenant au groupe KBL European Private Bankers

Qui ne voudrait pas être le prochain Kristoffer Koch ? En 2009, ce jeune ingénieur norvégien décide d’investir 27 dollars dans une monnaie virtuelle peu connue appelée bitcoin, avant d’oublier totalement ce placement. Quatre ans plus tard, il découvre que ses 5 000 bitcoins valent environ 900 000 dollars.

Aujourd’hui, ces mêmes bitcoins atteignent la valeur colossale de 14,6 millions de dollars.
Bien qu’il soit impossible de ne pas s’intéresser à un placement affichant un taux de rendement historique aussi exceptionnel, il ne faut pas oublier qu’investir dans cette crypto-monnaie en plein essor présente de nombreux risques bien réels.

Dans la mesure où il ne bénéficie pas du soutien d’un État ou d’une banque centrale (et où il n’existe pas sous forme physique), le bitcoin ne peut pas vraiment être comparé aux monnaies conventionnelles. De même, dans la mesure où l’offre est fixe et n’est pas liée à un actif sous-jacent, il est également difficile de le considérer comme un produit de base.

De fait, alors que Carl-Ludwig Thiele, membre du Conseil d’administration de la Bundesbank allemande, l’a qualifié à juste titre d' »instrument financier hautement spéculatif », il est beaucoup plus aisé d’expliquer ce que le bitcoin n’est pas plutôt que ce qu’il est réellement.

En termes relativement simples, le bitcoin est un système de paiement numérique peer-to-peer dans lequel chaque opération est consignée dans un registre public, baptisé « blockchain ». Ceux qui assurent le suivi des opérations dans la blockchain sont appelés « mineurs » et sont payés en bitcoin pour leur travail, de nouveaux bitcoins étant générés en conséquence du processus de minage (il y a actuellement environ 16,4 millions de bitcoins en circulation ; l’offre potentielle totale a été plafonnée à 21 millions d’unités).

La blockchain elle-même est un registre des mouvements de cette monnaie virtuelle dans lequel sont consignées toutes les opérations, y compris les adresses cryptographiques et les totaux des opérations.

 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Les Echos.