Point sur les devises

Article sur les devises, de Pascal Bernachon, directeur de la gestion, KBL Richelieu Gestion. 

Volonté d’ apaisement de la part des autorités chinoises ? Force est de constater que le Yuan a atteint un point haut contre dollar avec un cours pivot fixé par la Banque Centrale à 6.2816. La devise chinoise termine le mois à 6.2835 contre dollar.

Après son point haut de 1.2555 à mi-février, l’Euro/Dollar termine le mois au-dessus des niveaux de fin février avec un pic à 1,3476 le 27 mars. Ceci conforte notre vue baissière sur le dollar qui ne réagit en rien aux différences de politique monétaire des deux côtés de l’Atlantique.

La devise japonaise a joué son rôle de valeur refuge et s’est appréciée pendant les phases de baisse des marchés actions en se rapprochant du niveau de 105 pour le Dollar/Yen.

La Livre sterling a été confortée par les avancées entre la communauté européenne et le Royaume-Uni sur le Brexit tout en bénéficiant des anticipations de remontée des taux de la part de la Banque d’Angleterre.

Fragilité du dollar canadien suite aux tensions liées aux accords de libre-échange avec les Etats-Unis, accords que le Président Trump voudrait renégocier. Inversement, le Peso mexicain a repris quelques couleurs.

La Banque Nationale Suisse est toujours à l’œuvre pour intervenir et éviter tout renchérissement de la devise.

La devise la plus attaquée a été la Livre turque qui a établi de nouveaux plus bas historiques, que ce soit contre dollar US à 4.03 ou contre Euro à 4.98. Si le pays affiche toujours un taux de croissance positif, subventionné par l’Etat en grande partie, l’inflation s’est emballée sur les niveaux de 12%. De plus, l’agence de notation Moody’s a revu à la baisse la note de la dette souveraine de ce pays.

Nouvelle faiblesse de la devise brésilienne.