Point sur les devises

Article sur l’actualité des devises, rédigé par Pascal Bernachon, directeur de la gestion, KBL Richelieu Gestion.
Sans remettre en cause la tendance baissière du dollar, nous avons assisté à une légère consolidation sur l’Euro avec un dollar qui se raffermissait légèrement. Ceci résulte en partie des expositions très longues sur la devise européenne. Cette consolidation nous apparait transitoire. Il est vrai que seule la FED semble être la seule banque centrale à poursuivre le mouvement de remontée des taux alors que l’attentisme prévaut chez ses consœurs et offre donc un différentiel de rémunération en faveur de la devise américaine mais la politique budgétaire expansionniste et l’augmentation des émissions du trésor américain plaide pour un retour baissier du dollar, 1.28 pour l’€/$ reste notre scénario.

La permanence des tensions commerciales comme géopolitiques ont fragilisé les devises émergentes qui ont reculé généralement de l’ordre de 2.5%. Se distinguent le Rouble en nette baisse comme la fragilité de la Livre turque suite aussi aux déséquilibres économiques du pays et à une inflation en hausse. Le Real brésilien subit le nouveau recul sur la réforme des retraites. Le Peso argentin poursuit son inexorable chute.

Si la Livre sterling avait eu des velléités de reprendre un peu de hauteur, les décisions de la Chambre des Lords de contrôler les modalités du Brexit fragilise Mme May et ramène la devise britannique dans un risque baissier.

Depuis début mars, le mouvement de dépréciation de la devise suisse a repris s’expliquant aussi bien par la prudence de la banque centrale suisse (BNS) que par la volatilité du contexte géopolitique. Depuis début mars, le franc a perdu 4% face à l’euro (1 € = 1,20 CHF) et il retrouve ses niveaux de début 2015. Une explication à ce recul serait aussi la résultante des sorties de capitaux russe de la confédération helvétique suite aux sanctions américaines. Bien entendu, la politique monétaire de la Banque Nationale Suisse est un facteur complémentaire de cette faiblesse.