Perspectives sur l’or noir

Au cours du mois de septembre, l’Agence Internationale de l’Energie a tenu un discours plus positif sur les prix de l’or noir. Celle-ci s’appuie sur la baisse des cours pour envisager un recul notable de la production des pays non membres de l’OPEP comme des Etats Unis. La même agence pense que la demande va naturellement s’accélérer portée par la faiblesse des prix.

SONY DSC

 

 

Pascal Bernachon, stratégiste KBL Richelieu

 

 

Le facteur qui appuie son raisonnement trouve sa source dans la fermeture des unités de production à coûts élevés d’Eagle Ford dans le Texas, en Russie et en Mer du Nord, ce qui pourrait déboucher sur une perte l’an prochain d’un demi-million de barils par jour (bpj) — la plus forte baisse en 24 ans. »

L’Arabie Saoudite continue de produire pour maintenir ses parts de marché soit une hausse de 5% de la production depuis le début de l’année. A contrario, le produit de ses ventes a reculé de 41% sur 1 an.

En fin de mois, nous sommes redevenus légèrement positifs sur le cours du baril en envisageant un rebond potentiel entre 50 et 55$. A la fois, par les effets de réduction des capacités mais aussi parce que certains ont compris que les effets, certes positifs de la baisse des cours sur le pouvoir d’achats des ménages, ne pourraient pas systématiquement compensés les effets négatifs s’accumulant au sein des pays producteurs.

Les autres matières premières ont encore subi des dégagements sur le mois avec la Chine et le ralentissement au sein des émergents. Métaux et mines accusent les pertes les plus importantes dont le Cuivre.

Capture d’écran 2015-10-09 à 17.23.11

Inversement, les matières premières agricoles sont en hausse de 3,1%. Le blé progresse de 6,3% grâce à des stocks US en dessous du consensus. Les cours ont également profité d’une météo particulièrement sèche en Russie et en Ukraine. Le cours du maïs s’est repris de 6,6% à 3,89$, alors que les agriculteurs américains semblent attendre de meilleures conditions de prix pour remettre leur production sur le marché. Enfin le soja se replie de 0,6%.

L’or reste la belle endormie et pourrait venir toucher un point bas sur le niveau des 1060/1080 dollars. Ce serait selon nous un niveau d’achat mais pour un rebond limité vers un maximum de 1400 dollars l’once. Ceci, en cas de nouvelle forte perturbation sur les marchés des changes. Nous excluons tout retour durable haussier du métal précieux. Actif sans rendement