L’économie mondiale de nouveau sur les rails

Sous l’impulsion de l’Europe et des marchés émergents, l’économie mondiale retrouve des couleurs. Mais des niveaux de valorisation relativement élevés et une politique de resserrement imminente de la part des banques centrales pourraient entraver des perspectives d’investissement favorables, estime KBL Richelieu Banque privée.

Actuellement, la croissance des bénéfices et des ventes s’accélère, les investissements augmentent, et un regain de productivité est attendu. Sur les marchés, les actions japonaises, émergentes et européennes sont les plus attrayantes, alors que les perspectives des actions américaines dépendront en partie de la capacité du président Trump à réaliser la réforme fiscale promise. Les obligations ont, pour la plupart, enregistré des performances réelles négatives. Toutefois, les obligations d’entreprise à haut rendement et les titres de créance des marchés émergents paraissent, eux, plus prometteurs. L’euro semble en passe de progresser face au dollar, à la livre sterling et au yen, alors que les monnaies des marchés émergents, surévaluées, pourraient souffrir des hausses de taux américains. Enfin, les perspectives des prix des matières premières sont solides, grâce à un meilleur équilibre entre l’offre et la demande. Le regain d’activité manufacturière et la hausse des dépenses publiques en faveur des projets d’infrastructures sont favorables à la variable « demande » de l’équation, tandis que les producteurs semblent plus enclins à limiter la production, y compris celle du pétrole.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans la version papier de La Lettre de L’Expansion.