Le point sur les devises

pascalbernachon-bdef

Pascal Bernachon, Directeur de la gestion, Richelieu investment Funds (RIF)

Les devises émergentes ont repris des couleurs au cours de la période sous revue, le won coréen, le dollar singapourien et le bath thaïlandais gagnant respectivement 1,4%, 0,5% et 0,5% contre dollar. Même commentaire pour la lire turque (+3,5%) et le peso mexicain (+3,6%).

Le Peso mexicain est de toute évidence soumis à bien plus de volatilité en fonction des discours de Trump. La banque centrale mexicaine a dû intervenir sur le marché pour vendre du dollar contre du peso au prix d’efforts conséquents. 2,5% des réserves de changes du pays ont été utilisées à cet effet en 48h. Ceci a pesé sur l’ensemble des devises d’Amérique latine.

La réglementation de sortie des capitaux en provenance de Chine, imposée par les autorités, aura réussi à stabiliser le Yuan contre dollar. Mais l’inévitable baisse des réserves de change présente toujours un risque de fragilité structurelle de la monnaie chinoise. Mais sachant que le gouvernement, via la banque centrale, agira autant que possible pour stabiliser la devise et lui permettre de jouer pleinement son rôle de monnaie internationale.

 Sur la devise américaine, notre opinion est invariable. A savoir une parité Euro/dollar qui oscille entre 1.05 et 1.15. Nous pouvons noter que la hausse des probabilités de remontée des taux par la FED pour le mois de mars n’aura pas précipité le dollar sur de nouveaux plus hauts. Certes, le marché des changes, par le poids de la spéculation ne nous permet pas d’exclure la parité mais nous conservons notre opinion considérant que la FED ne souhaite pas voir sa politique de normalisation contrecarrée par un dollar trop fort et l’administration américaine ne peut vouloir « America Great Again » avec un dollar qui renchérirait ses exportations.

 La devise japonaise devrait rester proche des niveaux actuels. La Banque du Japon n’a pas de justification d’augmenter ses achats et la sortie de déflation semble enclenchée.

 Nous serons plus attentifs à la Livre Sterling qui peut présenter des signes de faiblesse plus marqués avec les conditions du Brexit et le risque de référendum écossais.

Tableau 3