Informations économiques : Du côté de l’inflation

Pascal Bernachon, Directeur de la gestion, KBL Richelieu Gestion

Même si certains indicateurs PMI montrent un très léger affaissement, ceux-ci restent proches des plus hauts constatés et ne remettent pas en l’état actuel de craintes sur la prolongation du cycle économique. Les échanges mondiaux se poursuivent et au sein de la zone euro, un cercle vertueux se met en place en obtenant une croissance qui ne reste plus dépendante que de la demande mondiale.

Notons les indices de confiance des consommateurs des deux côtes de l’Atlantique qui prédéterminent une bonne tenue de la consommation.

La lecture des ventes des sociétés de luxe et ce particulièrement en Asie (Chine et Hong Kong) ont marqué un net rebond sur le trimestre.

Du côté de l’inflation :

Toujours l’absence d’inflation comme cela est traduit par les propos de la B.C.E. qui n’envisage pas une remontée de celle-ci vers son objectif de 2% avant 2019, ce qui est le cas aussi de la banque du Japon. La Fed l’escompte plus rapidement.

Dans le dernier rapport sur l’emploi publié aux U.S.A. ? Nous n’avons toujours pas assisté à de pressions salariales. Le salaire horaire moyen est stable sur octobre et ressort à) 2.4%n contre 2.9%/an précédemment.

A noter, la composante prix du pétrole qui devrait raviver une hausse des prix dans l’inflation générale et si cette hausse des cours accéléraient, nous pourrions considérer son impact d’un point de vue négatif car risquant de provoquer des resserrements monétaires mais pas pour les bonnes raisons.

La hausse des prix en glissement annuel au sein de la zone euro n’a été que de 1,4% en octobre, contre 1,5% en septembre. Le chiffre «core inflation», hors énergie, alimentation et tabac, recule encore plus fortement, passant de +1,2% en juillet et août à +1,1% en septembre et seulement  +0,9% en octobre. Au niveau des pays européens, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) a augmenté de 1,5% sur un an ce mois-ci en Allemagne après une hausse de 1,8% en septembre. Par rapport au mois dernier, il a même reculé de 0,1%.

Le Royaume –Uni se distingue toujours avec une inflation de 3%.

Pas de tensions au sein des pays émergents, à l’exception du Mexique et la Turquie avec de légères hausses.