Immobilier français, plébiscite étranger

Capture d’écran 2015-03-20 à 17.52.46

L’année dernière, les économistes Jean-Luc Buchalet et Christophe Prat avaient annoncé une décennie de déclin pour le marché immobilier français en raison d’une faible augmentation des revenus. Mais alors que la chute des prix des habitations en 2014, en particulier dans les zones rurales, semble venir confirmer cette tendance, la faiblesse de l’euro et l’intérêt des acheteurs étrangers pourraient tomber à pic.

Selon l’agence immobilière Leggett Immobilier, les transactions impliquant des Britanniques (qui constituent le plus important contingent d’acheteurs non-Français sur le marché de l’immobilier hexagonal) ont augmenté de 43 % au cours des 12 mois écoulés, tandis que les prix moyens passaient de 269 000 euros en 2013 à 300 000 euros l’année dernière.

La politique monétaire souple dans la zone euro, la fin de la parité du franc suisse avec la monnaie commune et les inquiétudes à propos d’une possible déflation ont entraîné l’euro à la baisse, puisqu’il a perdu quelque 18 % par rapport au dollar et 13 % par rapport à la livre sterling ces douze derniers mois.

Certaines régions en profitent plus que d’autres. L’an dernier, les endroits les plus prisés étaient Bordeaux et des villes côtières comme Biarritz et Hossegor, tandis que l’intérieur du pays, comme la Dordogne et le Lot-et-Garonne, semblait à la traîne.

À l’avenir, le sud de la France pourrait également en bénéficier, surtout avec l’ouverture en mai d’une nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse entre le Royaume-Uni et Avignon ou Marseille, qui devrait rendre les destinations dans toute la Provence plus intéressantes. L’immobilier dans les Alpes pourrait également en tirer les fruits, estime-t-on chez Leggett.

Buchalet et Prat expliquent que le marché immobilier domestique devrait continuer à être entravé par plusieurs facteurs comme des crédits plus difficiles à obtenir, la réduction des incitations fiscales et le vieillissement de la population. Mais les acheteurs étrangers, indifférents à ces problèmes, pourraient compenser au moins une partie de la baisse.

Pour en savoir plus sur KBL epb