Faire durer le cycle !

L’ensemble des collaborateurs de KBL Richelieu Gestion vous présente ses meilleurs vœux pour une année 2018 prospère et heureuse.

Edito de Pascal Bernachon, Directeur de la Gestion KBL Richelieu Gestion. 

L’année 2017 aura permis d’assister à une succession de révisions haussières de la croissance et surtout à sa diffusion dans la majorité des zones économiques. Ceci permet de démarrer l’année avec des indicateurs d’activité au plus haut et un optimisme général sur la conjoncture. Certes, les risques ne sont pas absents, qu’ils soient géopolitiques ou d’autres natures et devraient en toute logique apporter une hausse de la volatilité au fur et à mesure que les banques centrales reviennent à une politique de normalisation. Si la zone euro suit avec retard le cycle américain, ce dernier a une durée de vie qui surprend les investisseurs en dépit des freins structurels d’un monde en pleine mutation.

L’objectif commun est donc, pour nombre de pays, de prolonger la croissance le plus longtemps possible, usant pour certains de décisions peu justifiées par l’activité présente. Ainsi la décision de la réforme fiscale américaine, première grande réussite de l’ère Trump, présente aussi le risque d’aggraver le déficit budgétaire américain si un ralentissement économique, en fin d’année, survenait. Mais cette baisse de la fiscalité donne aussi un gage de compétitivité au Made in America et risque bien d’entraîner une guerre fiscale d’où tout le monde ne sortira pas gagnant. Ainsi, les britanniques qui commencent à entrevoir les effets négatifs du Brexit souhaitent aussi baisser leur fiscalité pour regagner des parts de marché. Gageons que ce mouvement s’étendra alors que des paradis fiscaux existent déjà dans les pays développés allant de l’Irlande aux Pays-Bas. Ce n’est donc pas seulement faire durer le cycle que recherchent certains pays mais bien saisir la plus grande partie d’une croissance qui, in fine, conserve un potentiel irrémédiablement limité en amplitude.

Notre rôle sera à la différence de la Gestion passive, de capter les gagnants de ces éternels combats.